La Ville de Rennes s’engage pour plus de produits Bio dans les cantines scolaires

VilleDeRennes-NadegeNoisette-RC-112014La charte régionale “Il fait Bio dans mon assiette” formalise des engagements réciproques entre acteurs de la filière Bio et de la restauration collective, pour l’intégration d’ingrédients  Bio dans les repas. Le lundi 24 novembre, à l’occasion de la journée de rencontres professionnelles des acteurs de la filière Bio en Bretagne, la Ville de Rennes a confirmé son engagement en faveur des produits Bio en signant cette charte.

Des plats fabriqués à partir de produits Bio sont proposés régulièrement par la Ville de Rennes dans les menus tout au long de l’année. Son objectif est d’augmenter le taux de produits Bio de 4% pendant l’année scolaire 2014-2015 pour atteindre 20% de Bio en 2020.

Crédit Photo : R. Volante / Ville de Rennes – Rennes Métropole

Rencontre avec… Nadège NOISETTE, adjointe déléguée aux approvisionnements de la Ville de Rennes

Virginie FASSEL : La nouvelle équipe municipale de la Ville de Rennes s’est donnée comme objectif d’atteindre 20% de produits Bio en restauration scolaire en 2020 : qu’est-ce qui a motivé cet objectif ?

Nadège NOISETTE : Nous sommes aujourd’hui à 8% pour les cantines scolaires et 4% pour l’ensemble de la restauration collective (cantine, EHPAD et restaurant administratif). Pour atteindre l’objectif de 20% en 2020, la Ville souhaite intégrer progressivement et de manière pérenne de plus en plus de denrées alimentaires issues de l’Agriculture Biologique. La Ville de Rennes est motivée pour développer les produits Bio dans la restauration collective à plusieurs titres bien sûr : la santé, le développement économique local et l’environnement.

VF : Quels moyens et quels leviers allez-vous mobiliser ?

NN : Aujourd’hui, la Bio dans les cantines rennaise c’est : des yaourts, du pain deux fois par mois, des omelettes, quelques fruits et légumes. Pour atteindre notre objectif, nous allons progressivement systématiser l’introduction de certains produits en commençant par les productions locales, soit d’abord les légumes frais, les céréales et les laitages. D’ici la fin 2015 par exemple, les légumes frais seront achetés en priorité en Bio.

VF : Des animations sur le temps du repas des enfants ont été prévues : quels sont pour vous les messages qui doivent être diffusés aux jeunes générations ?

NN : Il y a déjà en effet dans les écoles des animations et des ateliers pédagogiques menés par le personnel de la ville et/ou les enseignants autour des modes de production, du goût, des ateliers “cuisine”… Nous allons bien sûr continuer ces actions et proposer aux écoles (80 sur Rennes) de mener des expérimentations autour, par exemple, du gaspillage alimentaire, du tri des déchets, de la connaissance des aliments et de leur mode de production.

VF : La Charte “Il fait Bio dans mon assiette” proposée par Initiative Bio Bretagne doit permettre aux collectivités de développer une démarche qui favorise un approvisionnement régulier et progressif en produits Bio (avec un approvisionnement prioritairement aux niveaux local et régional). Comment votre politique d’approvisionnement va-t-elle intégrer ces éléments ?

NN : A Rennes, 10 000 repas sont produits chaque jour dans une cuisine centrale en liaison froide. Ce mode de fabrication, le nombre important de repas réalisés chaque jour et les contraintes juridiques des marchés publics impliquent notamment 3 exigences qui rendent l’approvisionnement en produit Bio local complexe :

  • Les quantités de denrées livrées à la cuisine centrale doivent être suffisantes pour réaliser tous les repas,
  • Ces denrées doivent être calibrées, conditionnées… de façon à pouvoir être travaillées à la cuisine centrale,
  • Le code des marchés publics interdit l’usage de critères liés à la provenance géographique des produits.

Grâce à cette charte, nous allons pouvoir du coup continuer et mieux échanger avec l’ensemble des acteurs de la filière autour de ces contraintes. Ces échanges nous permettront aussi de mieux cibler nos besoins en fonction des capacités, des spécificités et des périodicités de productions Bio locales.

VF : En quoi la Charte proposée par la filière Bio bretonne vous semble-t-elle pouvoir jouer le rôle de levier pour le développement des produits Bio en restauration collective ?

NN : C’est surtout les échanges entre les acteurs, les retours d’expérience aussi des autres collectivités qui ont signé la charte qui pourront nous permettre d’adapter à la fois nos marchés publics et nos contraintes techniques aux productions Bio locales et aussi de développer les actions de sensibilisation auprès du public des cantines. Nous comptons aussi sur la charte pour mieux communiquer notamment auprès des familles sur la provenance et le type d’aliments qui sont proposés dans les cantines.

VF : L’approvisionnement en produits Bio fait partie d’une démarche plus globale de développement durable. Quels sont les autres projets initiés par la Ville de Rennes qui prennent en compte cette dimension ?

NN : En effet, l’approvisionnement en produits Bio n’est pas la seule démarche durable que mène l’ensemble de la majorité de la Ville de Rennes. Dans son ensemble, la politique d’achat de la Ville intègre de plus en plus des clauses sociales et environnementales et se tourne vers l’économie sociale et solidaire.

Depuis les mandats précédents un certains nombre d’actions ont été mises en place et continuent à être développées, comme par exemple :

  • Les produits phytosanitaires ne sont plus utilisés pour l’entretien des espaces verts,
  • Les mobilités actives et l’usage des transports en commun sont fortement encouragés,
  • Un plan climat énergie a été mis en place depuis 2008 et est réactualisé.

Signature officielle le lundi 24 novembre 2014

La signature officielle de la charte “Il fait Bio dans mon assiette” par la Ville de Rennes a eu lieu lors de la journée de rencontres professionnelles des acteurs de la filière Bio en Bretagne le 24 novembre à l’Hôtel Rennes Métropole, en présence de Nadège NOISETTE, adjointe déléguée aux approvisionnements de la Ville de Rennes, et de André LAGRANGE, Président d’Initiative Bio Bretagne. L’occasion de détailler les engagements contenus dans cette Charte et d’officialiser le partenariat entre la Ville de Rennes et Initiative Bio Bretagne.

Des fournisseurs Bio de la restauration collective ont également signé la charte à cette occasion :

  • Ame Haslé : Distributeur de Fruits et Légumes et Produits frais divers, en conventionnel et Bio, pour la restauration collective, commerciale, et GMS
  • BioBleud : Fabrication et vente de pâtes feuilletées, pâtes brisées, pâtes à pizza, pâtes sablées prêtes et à dérouler en frais, et de plaques à destination de la restauration collective en surgelé
  • Biocoop Restauration : Plateforme de distribution en gros de produits biologiques, secteur Restauration Collective
  • Ker Leg’ : Transformation de légumes frais – légumes 4ème gamme, frais entiers ou découpés (râpé, cube, rondelle, émincé…)
  • Manger Bio 35 : Approvisionnement de la restauration collective en produits Bio pour le département 35
  • Messidor : Pains, viennoiseries, brioches, sablés, macarons, crêpes et galettes, gâteaux bretons Bio…
  • Terra Libra : Distribution de produits équitables et Bio-locaux
  • Terre Azur – Groupe POMONA : Grossiste en fruits et légumes et Produits de la mer, Bio et conventionnels à destination de la restauration collective, commerciale et GMS
  • Triballat-Noyal : Fabrication de produits laitiers (vache, brebis, chèvre) et spécialités végétales

La charte régionale “Il fait Bio dans mon assiette”
La charte régionale “Il fait Bio dans mon assiette” promeut un projet global d’établissement visant à poursuivre l’objectif du Grenelle de l’environnement d’introduire 20% de produits Bio (en valeur) en Restauration Collective, objectif réaffirmé en 2013 par le programme national “Ambition Bio 2017”. Elle définit un cadre d’engagements réciproques entre les acteurs de la filière Bio (fournisseurs et structures d’accompagnement) et ceux de la Restauration Collective pour l’introduction d’ingrédients Bio dans les repas. Ces engagements s’inscrivent dans un projet de développement durable et d’aménagement du territoire.

Les enjeux pour la région Bretagne
L’Agriculture Biologique permet la préservation du territoire et de son environnement naturel et la reconquête de la qualité de l’eau et du milieu marin, points particulièrement sensibles en Bretagne. Ces enjeux pour le maintien du patrimoine naturel (respect de l’eau, des sols, des paysages…) ont des implications socioéconomiques importantes et se réalisent au plus grand profit d’autres secteurs : tourisme, conchyliculture, apiculture…

 En savoir plus sur la charte régionale “Il fait Bio dans mon assiette”