Santé : un lien entre IMC et consommation d’aliments Bio établi de manière prospective

Association prospective entre la fréquence de consommation d’aliments issus de l’Agriculture Biologique et évolution du poids, risque de surpoids et d’obésité : résultats de l’étude NutriNet-Santé

Etude menée par Emmanuelle Kesse-Guyot1, Julia Baudry1, Karen E Assmann1, Pilar Galan1, Serge Hercberg1,2, Denis Lairon3

Les résultats de cette étude spécifique sur les consommateurs de produits Bio publiée dans The British Journal of Nutrition (janvier 2017) sont les suivants :

Une plus faible augmentation de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) a été observée chez les individus ayant un score Bio élevé (une fréquence élevée de produits consommés en Bio) comparés à ceux dont le score était faible.

De même, un score Bio plus élevé était associé à un risque plus faible d’être en surpoids (-23%) ou de présenter une obésité (- 31%), après 3 années de suivi.

 

Prise de poids et risque de développer un surpoids ou une obésité : rôle bénéfique d’une alimentation Bio

Ces résultats suggèrent un rôle bénéfique d’une consommation régulière de produits biologiques sur la prise de poids et le risque de développer un surpoids ou une obésité, ceci dépendant de la qualité nutritionnelle du régime.

Pour les auteurs, “les hypothèses d’interprétation reposent sur l’exposition plus basse aux résidus de pesticides chez les consommateurs de Bio. Les fruits, légumes et céréales étant parmi les produits les plus contaminés, cette hypothèse pourrait expliquer l’effet plus fort chez les sujets ayant une qualité nutritionnelle élevée et donc une consommation importante de ces aliments“.

Certaines études avaient déjà mis en évidence un plus faible Indice de Masse corporelle (IMC) chez les consommateurs d’aliments Bio, mais le lien IMC/consommation d’aliments Bio n’avait jamais été étudié de manière prospective (en suivant l’évolution du poids des individus au cours du temps).

Les auteurs ont donc cherché à étudier prospectivement (durée de suivi moyenne=3,12 ans ± 1,37) l’association entre la fréquence de consommation d’aliments Bio et les modifications de poids.

Pour cela, ils se sont basés sur les données de l’étude de cohorte NutriNet-Santé. Les analyses ont été réalisées chez un très large échantillon de 62 224 participants adultes de l’étude NutriNet-Santé (incluant 78% de femmes, âge moyen=45 ans).

Prospective association between consumption frequency of organic food and body weight change, risk of overweight or obesity: results from the NutriNet-Santé Study
British Journal of Nutrition – Volume 117, Issue 2 January 2017, pp. 325-334

En savoir plus sur NutriNet Santé


En savoir plus sur BioNutriNet

1 Sorbonne Paris Cité Epidemiology and Statistics Research Center (CRESS), National Institute for Health and Medical Research (INSERM, U1153), National Institute for Agricultural Research (INRA, U1125), National Conservatory of Arts and Crafts (CNAM), Nutritional Epidemiology Research Team (EREN), Paris 13 University, F-93017 Bobigny, France
2 Département de Santé Publique, Hôpital Avicenne, F-93017 Bobigny, France
3 Nutrition, Obésité et Risque Thrombotique (NORT), National Institute for Health and Medical Research (INSERM), UMR S 1062, National Institute for Agricultural Research (INRA) 1260, Aix Marseille University, F-13385 Marseille, France

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin